Aires de lecture et de jeux sous les lampadaires solaires

Village de Djêgbamè

Origine

Notre association Cultive tes rêves est partenaire d'une association au Bénin "Afrique décide" dirigée par Sylvestre Edjekpoto.
La présidente, Danièle Sivil, le  connait depuis 2010. L’association Cultive tes rêves qu’elle préside a adhéré aux projets et aux valeurs défendus parl'asociation Afrique Decide. Celle-ci s'occupe, entre autres, d'aider des enfants handicapés à être appareillés, d'assurer la sécurité alimentaire dans divers endroits, de luter contre l’illettrisme, de favoriser des formations...  Vous pouvez voir toutes ces missions sur leur site internet à cette adresse.

                                                                                                              Sylvestre Edjekpoto

 Au départ du projet était la réflexion de notre partenaire qui mentionnait  les résultats scolaires faibles dans le « village pilote » dont ils favorisent le développement.   Certaines solutions ont déjà été apportées grâce au soutien de la fondation TuaRes. Comme vous pouvez le lire dans les rapports d’Afrique Décide, sur leur site internet, il reste des points faibles à améliorer parmi lesquels :

à part les kits scolaires individuels attribués aux filles, le village est toujours dans l’obscurité

les garçons sans sœurs souffrent de cette approche genrée

 

 

Une fois le village plongé dans le noir, les activités des adultes s’arrêtent. Le peu d’éclairage occasionne des dépenses (bougie, …) et de la pollution et ne permettent pas de poursuivre dans de bonnes conditions l’activité économique (conditionnement des denrées agricoles pour la vente ).
Le contexte
Au Bénin, l'espérance de vie (2017) : 61,2 ans, le taux d’alphabétisation des adultes (2012) : 32,9 %, l'Indice de développement humain (2018) : 163e sur 189 pays.
L'électricité au Bénin fournit une couverture du pays est actuellement de 43 %.
Le réseau électrique est encore très loin de Djègbamè
Le village est constitué de 433 personnes en tenant compte les hameaux alentour, 200 dans le bourg, il compte environ 130 enfants.
Les résultats des élèves sont faibles à l’école. Les enfants peuvent difficilement réviser leur cours le soir car ils n'ont pas d’électricité que ce soit dehors ou dans les maisons. Le .collège est à 8 km, que les enfants font à pied matin et soir. Quand ils rentrent le soir, après 40 minutes de marche, il fait déjà nuit
Le projet se déroulera dans le sud du Bénin, dans la Commune de Ouidah, dans le Village Djêgbamè (situé ici). Situation du Bénin
La commune de Ouidah, dans son plan de développement communal note
« un grand déficit en matière d’éclairage public et un faible taux de couverture du réseau d’électricité. »
Les 600 millions d’Africains qui n’ont pas accès à l’électricité, dépensent jusqu’à 30% de leurs revenus en bougies, piles et kérosène. Et 80% d’entre eux possèdent un téléphone mobile : pour le charger, ils doivent parfois faire des kilomètres.
Insécurité
Le lampadaire aidera à lutter contre le sentiment d'insécurité de la nuit (animaux, serpent…), permettra à des cérémonies sociales et religieuses d’avoir lieu. En fonction du modèle, une recharge pour le portable pourra être envisagée.
Ecologie
Ce système permettra de réduire les dépenses liées au kérosène et bougie ainsi que la pollution et les maladies liée à la pollution (maladies respiratoires des enfants).

 

lampadaires

135000

4

205,79 €

823,17 €

tables

30000

10

45,73 €

457,32 €

tableaux

60000

2

91,46 €

182,93 €

tableaux sur chevalet

30000

2

45,73 €

91,46 €

bancs

12000

20

18,29 €

365,85 €

Total investissement         1920,73€

Le projet consistera à aider les élèves à réviser leurs cours le soir. Pour cela, l’ONG TuaRes a déjà fourni pour les filles des kits solaires. Cependant, les jeunes garçons n’en sont pas pourvus et souffrent de cette inégalité. Ceux qui ont une sœur sont chanceux mais ceux qui n’en ont pas ne peuvent pas réviser une fois la nuit tombée.
Le premier village à bénéficier de cette infrastructure grâce à notre association et son partenariat avec l’ONG béninoise Afrique Décide sera situé

En l’occurrence, nous avons déterminé les emplacements pour les lampadaires, leurs caractéristiques techniques. Les données scolaires ont été référencées pour évaluer le projet.
Sur la place du village, qui fait environ 40 m sur 55, il s’agirait d’installer 4 lampadaires d’une puissance de 100W . La place est divisée en deux parties par des arbres.
Partie 1 : 35m sur 30 et
Partie 2 : 25 m sur 20.Une partie sera réservée à la pratique sportive.
Cet espace sous les arbres sert en journée à des séances d’alphabétisation. Il sera possible de poursuivre cette activité après le repas du soirainsi que diverses activités à caractère économique (tri de noix de palme…) en fonction des saisons.
Vue aérienne de la place 
Ce projet pourra se développer géographiquement en se reproduisant dans les villages voisins
Il gagnera en autonomie financière car les lampadaires qui profiteront aux élèves profiteront aussi à l’économie du village, Les adultes pourront travailler plus longtemps le soir pour préparer les produits agricoles qu’ils revendent au marché.
Aussi lors qu’il sera temps de changer la batterie, ils seront en mesure de le faire par eux-mêmes avec la caisse commune villageoise qu’ils sont en train de créer.
Emploi : Ce projet permettra de favoriser des revenus
Education : il permettra d’améliorer les niveau d’éducation des jeunes et des adultes car  comme l’indique Yves Maigne, directeur de la Fondation énergies pour le monde (Fondem),  L’impact de ces installations simples sur le quotidien des Africains est sans précédent. « La qualité de l’éclairage améliore le niveau d’éducation de manière significative, puisque les enfants peuvent étudier après le coucher du soleil ».
Développement potentiel : L’avenir nous poussera vers l’installation de lampe solaire dans chaque maison permettant de recharger les téléphones portables, outils essentiels en Afrique .
Le projet sera développé au profit des enfants scolarisés du village sans électricité du sud-Bénin
Nombre de bénéficiaires directs : 150 enfants scolarisés
Nombre de bénéficiaires indirects : adultes et jeunes non scolarisés
Surveillance du matériel (lampadaire, tables et banc, tableaux)
Entretien du panneau solaire (nettoyage)
Répétition des leçons par les plus grands pour les plus jeunes,(pratique courante au Bénin)
Budget pour l’investissement
En cas de financements partiels, nous prévoyons les paliers suivants :
palier 1                  823,17 les lampadaires
les tables et bancs
les tableaux et craies
Si les fonds collectés dépassent le montant demandé, ils pourront être utilisés
·         pour payer des répetiteurs (personnes que font répéter les cours le soir),
·        financer un kit solaire pour le rechargement des téléphones
·        financer le forage
Nous remercions par avance toutes les personnes qui seront sensibles à notre projet et voudront y contribuer d’une manière ou d’une autre.

Danièle Sivil, présidente de Cultive tes rêves de Solidarité